Profil de Vinbert

C’est en 1989 que tout a commencé lorsque Mario Vincent et Jacinthe Guilbert ont acheté la ferme des Guilbert, devenant ainsi la troisième génération à exploiter l’endroit.

À la fin du printemps 2010, la ferme Vinbert a été victime d’un incendie qui a détruit la totalité de ses installations et presque tout le troupeau. Seulement une cinquantaine de vaches, d’un cheptel qui comptait plus de 130 têtes, ont survécu. Cependant, la famille a réussi à sauver les vaches des familles dominantes du troupeau. C’était en quelque sorte la dernière année à laquelle ils pouvaient rêver de devenir maître-éleveur qui est maintenant chose fait. Pour Mario et Jacinthe, ainsi que pour leur deux enfants, Marie-Pier et Alexandre, il ne pouvait y avoir de meilleur moment pour obtenir leur titre Maître-éleveur 2010.

L’entreprise a évolué rapidement jusqu’au tragique évènement. En mars 2010, ce dernier comptait 5 EX, 43 TB et 22 BP et avait une production moyenne de 11 859 kg de lait à 3,6 % de gras et 3,25 % de protéine.

La ferme Vinbert performe aussi sur les terrains d’expositions, en 2009, Vinbert Goldwyn Jaguar EX-92 2E, a remporté la classe des 3 ans Senior en plus de se mériter le titre de Championne Propriété-élevée et de Grande Championne de réserve à l’Exposition de Saint-Hyacinthe.

Pour Mario et Jacinthe, élever est un défi, celui de choisir le bon croisement afin de toujours s’améliorer au fil des générations. D’ailleurs, leur troupeau a été bâti sans achat majeur, mais bel et bien avec une attention particulière portée à chacun des accouplements.

La philosophie d’élevage est d'élever des familles de vaches profondes à haut potentiel génétique, qui attire de plus en plus l’œil des centres d’insémination pour des contrats.

Les objectifs futurs sont très élevés, ramener, d’ici trois ans, le troupeau à son niveau de 2010. Mais par-dessus tout, ils souhaitent récupérer leur qualité de vie, eux qui, entre autres, adorent voyager. Avec leurs enfants Marie-Pier et Alexandre, ils vont préparer l’établissement de la relève.

Avec les épreuves difficiles des derniers temps, et leur slogan
« Un élan vers l’avenir », on réalise à quel point ces gens-là croient en eux et en l’agriculture d’ici.

 Extrait de La Revue avril 2011, auteur Stéphane Tardif